Glyphosate, l’UE face à ses responsabilités

Glyphosate, l’UE face à ses responsabilités !

 Aujourd’hui se réunit le comité d’appel qui doit décider de l’avenir de l’utilisation du glyphosate dans l’agriculture de l’Union Européenne. Ce nouveau vote survient deux semaines après celui du 10 novembre, censé renouveler pour 5 ans la licence de l’herbicide très controversé.

Lors de la première réunion, 14 des 28 États membres de l’Union s’étaient prononcés en faveur de son maintien, 5 s’étaient abstenus et 9 s’y étaient opposés, dont la France. Un vote rapidement remis en cause au vu des nombreux désaccords exprimés pendant les discussions et des enjeux soulevés par son utilisation. Il faudra aujourd’hui une majorité qualifiée (dont 16 États membres, soit 65% de la population européenne totale) pour entériner son maintien.

roundup
 Le « Roundup », l’autre nom du glycophosate vendu par Monsanto (photo Hublot)

Le glyphosate est l’herbicide le plus employé dans le monde. Utilisé par la firme Monsanto depuis 1974 et commercialisé sous la marque « Roundup », le glyphosate est un désherbant peu coûteux et très efficace, principalement utilisé dans l’agriculture intensive. Il pénètre dans les feuilles jusqu’aux racines et tue tout sauf les OGM. Son utilisation, à long terme, renforce la résistance des mauvaises herbes obligeant les agriculteurs à ajouter sans cesse d’autres produits chimiques pour obtenir le même résultat. Depuis plusieurs années, le glyphosate est montré du doigt par les ONG et la société civile, pour ses conséquences potentielles sur la santé, l’environnement et la biodiversité.

Une étude récente américaine pourtant persiste à affirmer l’absence de lien entre cet herbicide et certains cancers.

Zélie Nuytens et Zohra Tanouti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *