Bienvenue chez les loups

Bienvenue chez les loups !

Depuis les accords de Paris signés en 2015, l’espoir est né d’une possibilité de faire baisser les émissions de C02 responsables des changements climatiques…si 5 ans après, ces émissions ont continué à augmenter de 55%, l’espoir n’est pas mort car partout dans le monde, la prise de conscience de l’urgence climatique est réelle. Et même chez nous, tout près de notre lycée, à Cambrai nous avons rencontré Camille Pruvost et Thibault Veniez qui ont décidé de s’engager.

Un lieu à part qui respecte la nature

ferme des loups1

En 2017, Camille, infirmière et Thibault, éducateur spécialisé, décident de créer un lieu à part, la Ferme des loups. Leur préoccupation, c’est d’abord de s’offrir un avenir sans problème : ils ont compris que cela repose à la fois sur leur capacité personnelle et familiale de changer mais aussi sur la nécessité d’un mouvement plus global et collectif. Il s’agit ainsi d’essayer pour soi puis de montrer l’exemple et d’offrir à chacun des possibles. La Ferme des Loups, ce n’est pas une ferme comme les autres. Un vrai laboratoire d’une autre agriculture, une agriculture qui contribue à la lutte contre le changement climatique. Bref Camille et Thibault veulent changer le modèle agricole

Pour cela, ils empruntent un peu de chaque méthode avec la volonté d’être le plus naturel possible et de ne pas avoir besoin d’insecticide ou d’apport d’engrais chimique. L’agriculture est, en effet, responsable de près d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre (lorsque l’on prend en compte la déforestation) mais aussi de nombreuses atteintes à la biodiversité.

La ferme des loups, c'est d'abord une ferme pédagogique, un lieu de rencontre et d'échanges ! (Photo T.Veniez)

La ferme des loups, c’est d’abord une ferme pédagogique, un lieu de rencontre et d’échanges ! (Photo T.Veniez)

Leur sol, ils veulent le respecter et surtout ne pas le bouleverser : ainsi, ils ne retournent pas la terre car le fait de retourner le sol modifie sa structure organisée normalement en différentes couches. La plante y puise des éléments indispensables en petite quantité comme le calcium, le magnésium, le soufre (etc.) et des oligo- éléments en très petites quantités (fer, manganèse, zinc, cuivre, bore, molybdène…). Si l’on retourne la terre, on peut détruire une partie de la rhizosphère (la zone du sol immédiatement en contact avec le système racinaire des plantes et qui est sous son influence), qui permet de maintenir la structure du sol. Cela affecte aussi les bactéries du sol qui contribuent à construire des agrégats entre l’humus (sol riche en matière organique) et des minéraux argileux pour former le complexe argilo-humique qui va piéger les ions et rendre le sol plus fertile. D’autres organismes interviennent aussi dans la structure du sol et son aération et favorisent un meilleur rendement des plantes. Ainsi, en laissant le sol se former et évoluer naturellement, les plantes ont un développement racinaire bien plus important.

Une ferme pédagogique

La ferme des loups, c’est d’abord un parc à fruits, des châssis, des pépinières, un hôtel à insectes mais surtout un lieu d’éducation et de formation : leur objectif, c’est échanger avec de nombreuses écoles pour faire découvrir aux plus jeunes qu’ils peuvent améliorer leur qualité de vie tout en sauvant la planète.

C’est donc tant un projet pédagogique qu’une vraie ferme qui a sa petite production de légumes, de plantes aromatiques et médicinales, une ferme associative et pédagogique qu’ils ont créée de leurs propres mains avec des matériaux les plus naturels possible.

Comme ils n’ont que peu de budget, Camille et Thibault nous ont expliqué qu’ils essayaient de faire tout eux- mêmes. 2000m2 de surface, c’est peu et ils sont donc moins productifs que de très grosses exploitations mais ils ne sont pas en manque de plantations. Pour être le plus naturel possible, ils n’utilisent pas de système d’irrigation, ni d’électricité. Pour limiter l’arrosage, les plantations sont recouvertes de paille pour garder l’humidité, pour éviter la pourriture et pour enrichir les sols et ils utilisent leur propre fumier provenant de leur poulailler.

Après les récoltes, Camille et Thibault vendent leurs légumes, plantes aromatiques et médicinales dans leur ferme mais vont également une fois par semaine les vendre dans un marché spécialisé dans les produits bio, pas loin de chez eux.

Malgré tout cela, Camille et Thibault ne sont pas totalement autosuffisants : s’ils ont un objectif d’autonomie, ils doivent quand même acheter des produits venant d’autres producteurs, ceux qu’ils ne produisent pas eux- mêmes comme du miel, de la farine ou encore du beurre. En revanche, ils se sont aussi lancés dans les cosmétiques naturels et les produits d’hygiène faits maison comme des savons, des shampoings et des dentifrices. Et ils nous apprennent à en faire…l’occasion d’en apprendre davantage sur le maquillage ou les colorations naturelles.

Avancer vers une autonomie durable

Mais ce sont surtout des ateliers que Camille et Thibault organisent pour tous, petits et grands.
Un atelier pour apprendre à jardiner au naturel où ils enseignent leurs différentes méthodes de jardinage pour rendre les jardins productifs et respectueux de l’environnement. Un atelier « découvrir la nature » pour faire des découvertes sensorielles ou artistiques sur la flore et la faune, autour de la cueillette et la dégustation de plantes sauvages. Découvertes culinaires aussi car chez les Loups, on peut apprendre à faire soi-même ses bocaux de veloutés ou de confiture et à se nourrir autrement.

Un lieu d’abord de convivialité pour refaire le monde ! (Photo Ferme des Loups)

Un lieu d’abord de convivialité pour refaire le monde !
(Photo Ferme des Loups)

Dans leur atelier auto-construction et habitat écologique, vous pourrez apprendre à créer vous-mêmes vos toilettes-sèches, à construire des murs en technique terre-paille, à fabriquer un four solaire, un rocket-stove (un foyer à bois efficient qui permet de chauffer de l’eau ou de cuisiner avec très peu de bois), des silos pour conserver vos légumes tout l’hiver, de la peinture à l’ocre (donc non polluante), un poulailler, un frigo naturel ou encore une cyclo-machine à laver qui fonctionne sans électricité mais en pédalant.

En fait, avec des matériaux de récupération ou naturels, ils nous apprennent à créer nous-mêmes pour aller vers plus d’autonomie, moins de consommation énergétique et moins de gaspillage. C’est le cas aussi dans l’atelier « Récup’Art » où on apprend à détourner les objets et recycler les matériaux par exemple pour faire des meubles en carton ou en palette. L’autonomie, ce sont les produits ménagers et d’entretien : il est possible de ne plus les acheter dans le commerce mais de les confectionner soi-même de manière naturelle et économique : de la lessive au produit vaisselle en passant par les détartrants ou dégraissants, rien de plus simple !
Et puis parce que pour eux tout doit se faire dans la convivialité, toute visite de la ferme, tout atelier risque de se terminer par une soirée jeux de société remplie de rires.

Alors, n’hésitez plus ! Allez rencontrer les Loups dans leur ferme à Crèvecœur-sur-Escaut, près de Cambrai. Une vraie manière de refaire le monde sans se casser la tête parce que la vraie transition écologique, c’est aussi celle de nos modes de vie, de nos gestes du quotidien ou de notre alimentation. Et grâce à eux, on ne pourra plus dire qu’on ne savait pas faire.

Lili Ghisquiere

Pour en savoir plus : https://la-ferme-des-loups.jimdofree.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.