Vélo un jour…vélo pour toujours !

Vélo un jour…vélo pour toujours !

Utiliser le vélo est un moyen simple pour contribuer au développement durable surtout quand les émissions de gaz à effet de serre des transports ne cessent d’augmenter. Dans les grandes villes, de plus en plus de pistes cyclables se mettent en place. Pourquoi ne pas essayer ?

La voiture ? Pas très durable…

La voiture est le moyen de transport le plus utilisé en France, elle représente 83 % des trajets quotidiens. Pourtant, par an, elle coûte en moyenne 5000 euros à son utilisateur. De plus, elle pollue, rejetant à elle seule environ 18% de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre (contribuant ainsi fortement au réchauffement climatique) ou des particules fines qui posent vraiment problème en cas de pic de pollution. Sans parler du bruit ou des villes qu’elles envahissent, nécessitant toujours plus de voies de circulation ou de places de parking. Bref, la voiture, ce n’est vraiment pas compatible avec un développement durable…

Quelles alternatives ?

Le train est plus rapide sur certains trajets et moins polluant mais il ne dessert pas toujours les lieux souhaités. Installer de nouvelles lignes ou construire des nouvelles gares, représente un coût pour la collectivité et on ne peut installer partout des voies de chemin de fer. Le train reste pourtant une solution pour les grandes distances…

Le bus, bien sûr, qui produit proportionnellement, par rapport au nombre de personnes transportées, moins de gaz à effet de serre. Mais il est responsable tout de même d’une grande partie de la pollution dans les villes (sauf s’il roule au biogaz comme à Lille). Alors, l’avantage du bus ? C’est économique et c’est convivial.

Dans les villes, les voitures électriques aujourd’hui se multiplient : elles ne rejettent pas de gaz à effet de serre mais il faut les recharger… et elles coûtent plus cher à l’achat qu’une voiture ordinaire. De plus, l’électricité provient actuellement majoritairement des centrales nucléaires ce qui produit des déchets bien compliqués à gérer ensuite. Bref la voiture électrique n’est pas non plus le moyen de transport le plus durable qui soit…Il vous reste encore le covoiturage ou l’autopartage.

JRE2017vélo

Cette enseignante rencontrée dans notre lycée a décidé de laisser sa voiture au garage depuis plus d’un an.

Le vélo est bien le plus profitable…

D’abord, le vélo, électrique ou pas, est, en moyenne, plus rapide qu’une voiture sur 50 % des trajets de moins de 5 kilomètres et on ne cherche pas de places de parking. Même s’il ne représente que 5% des déplacements, le vélo est aussi plus rentable en terme de coût. On peut louer des vélos, comme les « Vélibs » que l’on trouve dans certaines villes. De plus, la construction d’une piste cyclable coûte 20 à 50 fois moins cher qu’une rocade urbaine. Par ailleurs, le vélo est un bon moyen aussi de pratiquer une activité physique. Ceux qui pratiquent le cyclisme gagnent en moyenne 2,5 ans d’espérance de vie. Le vélo a ainsi des vertus médicales et peut être recommandé pour perdre du poids. Pratiqué 2 ou 3 fois par semaine, avec deux heures de pédalage à allure moyenne par sortie, une personne en surpoids peut réellement maigrir. Et aussi étonnant que cela puisse l’être, les cyclistes sont aussi deux à trois fois moins exposés aux polluants que dans une voiture avec un habitacle calfeutré car ils ne sont pas exposés aux gaz rampants. En outre, les accidents de vélo ne représentent que 4% des accidents mortels sur la route.

Ainsi, d’après le ministère de la santé, le vélo contribuerait ainsi à une économie annuelle de 5 milliards d’euros dans le budget de la protection sociale. Plus globalement, le vélo défie réellement le pouvoir d’achat. Le budget des autres transports est aujourd’hui en 2ème position dans le budget des familles. L’usage régulier du vélo fait partie des réponses fortes et durables quant au pouvoir d’achat de tous les citoyens.

A notre échelle, nous avons rencontré madame Enault, professeur d’Espagnol au collège ; elle nous parle des raisons qui l’ont poussée à laisser sa voiture au garage : « Pour le bien-être aussi et la sensation de liberté que cela procure. Besoin de prendre l’air au quotidien et de créer une transition agréable entre le travail et la maison. Les quelques jours où je ne peux pas prendre le vélo, la journée me semble différente, il manque quelque chose. »

Si on prend en compte la pollution, le coût réel et le temps, le vélo est donc le moyen alternatif qui allie gain de temps, économie et réduit l’impact sur l’environnement. De plus, le vélo est aussi un moyen de pratiquer une activité physique ce qui est bénéfique pour la santé. Faire du vélo à plusieurs permet de renforcer les liens sociaux. Alors pourquoi ne pas s’y mettre ?

Tous à Vélo le 25 avril !

C’est le grand défi que nous allons lancer lors de la semaine du développement durable. Le mardi 25 avril, nous avons prévu de faire venir le plus d’élèves et de personnels de la cité scolaire à vélo. Nous espérons en rassembler 500 et sortir une heure en ville pour montrer à tous qu’il est possible de changer nos comportements, de faire du bien à notre planète et à notre santé !

Jeanne Caillard, Gabrielle Lefort, et Laetitia Mercier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.