Pourquoi le kérosène n’est pas taxé ?

Pourquoi le kérosène n’est pas taxé ?

Un vol aller-retour Paris-Pékin émet l'équivalent des émissions de CO2 d'une famille pour se chauffer pendant un an en France (Source les échos.fr - shutterstock)

Un vol aller-retour Paris-Pékin émet l’équivalent des émissions de CO2 d’une famille pour se chauffer pendant un an en France (Source les échos.fr – shutterstock)

Le kérosène, le carburant qui alimente les avions, est l’un des plus polluants de la planète : ainsi, un avion pollue 40 fois plus qu’un TGV ! L’empreinte carbone d’un vol en avion est de 145 grammes de CO2 par passager contre 100 grammes environ pour le transport en voiture. Pourtant le kérosène n’est toujours pas taxé…

Effectivement une convention à Chicago en 1944 a prévu que le carburant d’un avion ne pourrait pas être taxé ni au départ ni à l’arrivée. Ce qui permettait d’économiser 12% sur le prix du billet. L’idée à l‘époque était de développer ce nouveau transport révolutionnaire.

Selon certains militants écologiques comme Lorelei Limousin, on ne peut pas laisser le kérosène non taxé si l’on veut limiter le réchauffement climatique à une température inférieure à 2°C d’ici 2100.

En France, aucune taxe n’est imposée. Contrairement aux États-Unis, au Brésil, au Japon, en Norvège, en Suisse et aux Pays-bas, où une taxe est bien présente. En sachant que les vols intérieurs représentent 20 % du trafic en France, cette taxation permettrait d’orienter les utilisateurs vers des moyens de transport plus écologiques.

Cela permettrait aussi de recueillir environ 500 millions d’euros par an pour les finances publiques, ce qui n’est pas négligeable dans un contexte d’économie pour l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.